herman de vries, le sanctuaire de la nature, Roche-Rousse, 2000

Tryptique herman Sanctuaire

L’idée de réaliser à Digne un sanctuaire de la nature date du premier séjour de herman et susanne (sa femme), l’un et l’autre ayant été frappés par la présence des nombreux habitats abandonnés dans le paysage. Ils décidèrent aussitôt d’implanter ce sanctuaire autour d’une ruine, à Roche-Rousse. Ce site doit son nom à une particularité géologique. En effet, la falaise de calcaire gris se patine d’orange. Les ruines évoquent la contingence du monde, thème central de la pensée bouddhiste, l’impermanence de toutes choses et de la présence de l’homme.

La marche nécessaire pour accéder à ce site en élévation à 1400 mètres d’altitude contribue au processus de réflexion et de médiation propre au projet. Ce sanctuaire, qui souligne la présence humaine, est entouré d’un bois qu’herman a qualifié de sacré. Cette œuvre a fait l’objet d’une commande publique de l’État.

herman de vries* est né en 1931 à Alkmaar, aux Pays-Bas, il vit et travaille à Eschenau, en Allemagne. Son travail a toujours été étroitement lié à la contemplation de la nature. Transformant progressivement son métier de naturaliste pour se consacrer à l’art, herman de vries s’applique à démontrer dans son travail l’universalité du paysage et la réalité primaire de la nature. Le regard qu’il porte sur le monde est fortement influencé par la philosophie orientale (notamment bouddhiste et hindouiste) et la poésie.

*nous respectons la volonté de l’artiste de ne pas employer de majuscule.

Situer l’œuvre