Le point de vue de la girafe – Trevor Gould

Monographie publiée à l’occasion de l’exposition au Musée Gassendi et au CAIRN centre d’art, été 2004
Auteur : Natacha Pugnet
Éditeur : Fage éditions
ISBN : 2-84975-026-3
Description : 1 vol. (96 p.) : ill. en coul. ; 25 x 20 cm

Prix : 20,00 €

Entretien avec Trevor Gould par Natacha Pugnet.

Biographie : expositions personnelles et collectives. Notice de présentation de Natacha Pugnet, auteure de l’essai. Présentée conjointement en deux lieux de Digne-les-Bains, l’exposition portait le titre « La folie d’Hannibal » au CAIRN centre d’art (Musée-promenade) et « Voir c’est croire » au Musée Gassendi.

« Les installations de Trevor Gould et les sculptures qui les composent renvoient aux «mises en exposition du monde» que constituent les muséums d’histoire naturelle, les zoos et les expositions universelles. Chez lui, les représentations humaines, ostensiblement théâtrales, ont valeur emblématique: souvent hybrides entre l’homme et le primate, elles portent à s’interroger sur la construction de l’image de l’Autre. Car l’oeuvre de l’artiste fait aussi référence à l’histoire coloniale et aux «zoos humains». Le propre parcours de Gould l’a conduit à de tels questionnements: Blanc d’Afrique du Sud, il a vécu à Johannesburg, puis, fuyant l’Apartheid en 1980, a choisi de s’installer à Montréal. Les figures qu’il organise en ce qu’il nomme une «géographie de l’exposition» sont à comprendre comme des métaphores du déplacement. Ainsi, les spectaculaires girafe et éléphant sculptés par l’artiste évoquent d’incroyables épopées: celle des pachydermes conduits par Hannibal durant sa traversée des Alpes, celle de Zarafa, une girafe offerte au roi Charles X et qui fut envoyée par bateau depuis Alexandrie puis conduite à pied de Marseille à Paris… »Natacha Pugnet