Allô La Terre – Knud Viktor

Knud-Viktor3

2009, Digne-les-Bains

Allô la terre est une œuvre sonore s’écoutant dans une cabine téléphonique alimentée par l’énergie solaire et installée dans l’espace public. En décrochant le combiné, on communique avec des rythmes de vies en pleine activité, ce que Knud Viktor appelle des Petits sons : un lapin qui rêve ; deux escargots qui mastiquent leur salade ; le chant d’amour des mouches de vin ; un renard qui fuit ; un nid de mésanges ; une souris qui tête… Au creux de l’oreille une symphonie visuelle.

D’origine danoise, Knud Viktor a vécu en Provence, dans le Luberon, où il a puisé toute son inspiration pendant 50 ans jusqu’à sa mort en août 2013. Précurseur de l’art sonore, Knud Viktor a été révélé par la radio dans les années 1970. Faisant du paysage sonore un espace d’expérimentation, il y a prélevé, à l’aide de micros, les sons les plus insoupçonnables : l’érosion, les palabres des fourmis, les mélodies du ver à bois…  Il prélève le « Chant de la Terre » afin de « conserver ce qu’on n’écoutera peut-être plus jamais ». Ainsi, c’est en peintre plus qu’en entomologiste ou géologue qu’il explore le monde ou plutôt les mondes miniatures. Avec une patience et une persévérance hors norme, il enregistre l’imperceptible et fixe l’éphémère, au point de devenir lui-même constitutif de ce milieu, un élément organique, émerveillé par cet opéra naturel.

Le travail de Knud Viktor fait écho au territoire dignois : au monumental de la Réserve géologique répond un microcosme tout aussi spectaculaire, c’est ainsi que le fond d’atelier de l’artiste a été confié en dépôt au musée Gassendi.