Digne de soi, Ramuntcho Matta, Exposition du 9 novembre au 31 mars

par Musée Gassendi dans Non classé

EXPOSITION du 9 novembre 2019 au 31 Mars 2020.

VERNISSAGE vendredi 8 novembre à 18H, entrée libre et gratuite.

v

Visites commentées de l’exposition sur réservation.
v

Une formation pour les enseignants et un atelier de pratique artistique en milieu scolaire accompagnent l’exposition.

v
V
V

L’artiste plasticien et compositeur Ramuntcho Matta habite dans les  recoins, les lieux occultés du musée Gassendi, pour y rencontrer des êtres eux aussi invisibles…

Guidés par des sons, le visiteur est amené à être attentif, à pousser des portes habituellement fermées où des saynètes, issues de l’imaginaire de l’artiste, prennent vie.

v
v
v

« Partir

partir de rien

partir de presque rien

d’un emballage en carton

recycler

reconvertir

agencer

ré agencer

faire de ces cartons destinés à la poubelle des supports pour raconter des histoires

raconter des histoires avec des images

dans un musée fait d’images

dans un musée qui se dédie à la nature

montrer que toute la nature est dans la nature humaine

toute production humaine est production de la nature

où montrer ?

Montrer dans des espaces oubliés

dans des espaces anodins

des placards à balais

des entrebâillements

montrer aussi que trop souvent on passe à côté de l’important

que la vie est faite de petits riens

de presque riens qui peuvent être plus que tout

être digne de soi aussi

passe par de petits riens

de presque riens qui peuvent être plus que tout

au moment de passer vers l’o de l’a

nous ferons la somme de ce que nous avons fait

car nous sommes la somme de ce que nous avons fait,

ou pas

la mort est peut être un recyclage

une reconversion d’une énergie qui passe par ici

et qui continue au-delà »

Ramuntcho Matta

 

 

 

 

BIOGRAPHIE DE L’ARTISTE
Cf : Galerie Anne Barrault

Ramuntcho Matta est né à Paris en 1960, il vit et travaille à Paris et à Epaux-Bézu.

A la fin des années 70, Ramuntcho Matta débute sa carrière artistique dans la musique, il utilise déjà les arts plastiques par delà son travail de compositeur afin de donner forme à des questionnements, des sujets de création plus singuliers et complexes utilisant parfois le son, le dessin, la vidéo, l’espace, les mots ou des combinatoires.

Chris Marker en tentant de définir son travail trouva l’adjectif: « multimedium ».

Privilégiant souvent le collaboratif il a travaillé avec de nombreux artistes comme Don Cherry, Brion Gysin, John Cage ou Chris Marker.
Il a réalisé une vingtaine de disques en solo, et autant en collectif.
Il a joué et exposé à Paris, New-York, Londres, Madrid, Barcelone, Tokyo, Rome… Il a également participé à de nombreuses expositions collectives comme à l’espace Louis Vuitton de Paris, à la Art Library de Milan (Italie), au Musée des Beaux-Arts de Valenciennes, au musée des Beaux-Arts de San Diego, au Palais de Tokyo à Paris, à La Piscine de Roubaix.

Depuis 2000, il collabore au sein du label sometimeStudio à la production d’artistes soit oubliés, soit à découvrir.

En 2008, il fonde le projet LIZIERES, dans le sud de l’Aisne, plateforme de réflexion et d’échanges autour des notions de cultures et de ressources, avec pour objectifs de faire sortir l’avant-garde de son isolement et de donner des espaces de liberté à l’expérimentation.

v

v

 » Avec Laurie Anderson, j’ai découvert la construction sonore.

Avec Robert Wilson, j’ai découvert certaines notions de scénographie et d’espace.

Avec Don Cherry, j’ai découvert une conscience du jazz, de l’improvisation…

Avec Brion Gysin, j’ai découvert la narration.

Avec Félix Guattari, j’ai découvert le multiple.

Avec John Cage, j’ai découvert l’aléatoire.

Avec Chris Marker, j’ai découvert la synthèse.

Avec la musique, j’ai découvert la complémentarité.

Avec mon père, j’ai découvert le ”regarder”.

Avec mon chat, j’ai découvert le ronronnement. »

Ramuntcho Matta

 

à écouter
Par les temps qui courent par Marie Richeux, Ramuntcho Matta, France Culture, 13 juin 18

A la dérive avec Ramuntcho Matta par Aurélie Sfez, Radio Nova, 17 juin 2018