COL – Richard Nonas

par Musée Gassendi dans Non classé

 

Richard Nonas

 COL

Inaugurations 12 & 13 Juillet 2019

 

La collection du musée Gassendi s’enrichit de deux nouvelles œuvres de l’artiste américain Richard Nonas. Une en extérieur, sur le massif du Cousson, l’autre dans la salle des paysages du musée.

Vendredi 12 Juillet – 18h

Inauguration de l’oeuvre, Le col de la porte entrouverte au musée Gassendi.

[Suivi à 19h par le vernissage de l’expositionDouble exploration. Jean-Jacques Rullier – Alexandra David-Neel, au CAIRN centre d’art]

 

Samedi 13 Juillet 

Inauguration de l’oeuvre, Le col du deuxième jour au Cousson.

Sur réservation / 04 92 31 45 29 / musee@musee-gassendi.org

rendez-vous: 

8h Rendez-vous au collège Gassendi. 3 h de montée, niveau moyen.

OU 9h Rendez vous place du village d’Entrages. 2 h de montée, niveau moyen.

à 12h Collation au Cousson.

[Bon marcheur, s’équiper de chaussures de randonnée et de 2 litres d’eau par personne. Pic-nic tiré du sac.]

©JeanBaptisteWarluzel

Le col de la porte entrouverte

Musée Gassendi, 2019

Bois de chêne

 

Faisant écho à sa sculpture extérieure et d’une certaine manière la prolongeant, Richard Nonas a installé une seconde ligne modulaire – dont les constituants ont été débités dans le même bois – de sorte qu’elle traverse dans toute sa longueur la grande salle que le musée Gassendi consacre à la peinture de paysage.

Les matériaux et les formes primaires font surgir une émotion immédiate. Elles nous invitent à une compréhension nouvelle du vaste espace qu’elles occupent et, ce faisant, qu’elles transforment.

 

 

©JeanBaptisteWarluzel

 

Le col du deuxième jour 

Cousson, Entrages – 2018

Bois de chêne

Avec le CAIRN centre d’art 

 

Un alignement de soixante-dix-sept poutres de chêne, installées sur le plateau qui s’ouvre entre les deux sommets du massif du Cousson. L’œuvre, qui mesure 90 mètres de longueur et marque le passage entre ce deux espaces distincts, est elle-même un « col », un espace intermédiaire capable d’ouvrir à une nouvelle réalité.

L’emploi de formes et de matériaux simples, agencés dans la continuité de ce vaste espace, fait ainsi écho à la dimension de la montagne. Nonas ne s’intéresse pas à ces objets en tant que tels, mais plutôt à ce que leur interaction avec l’environnement peut générer. La répétition potentiellement infinie des structures modulaires en bois nous invite à les traverser et à les longer. Elle réactive les connexions invi­sibles qui reliaient nos propres histoires de montagne ainsi que les croyances des habitants d’hier et d’aujourd’hui, et la vie rude vécue dans ces lieux.

Le choix de ce site très particulier renforce cette évocation symbolique. Le Cousson surplombe en effet la ville de Digne-les-Bains où est installé le Samten Dzong – soit, en tibétain, la « résidence de la Réflexion » – selon les termes désignant la maison de l’écrivaine et exploratrice Alexandra David-Neel, pour qui une quête spirituelle profonde se prolongeant toute une vie durant est étroitement associée à la grandeur, à la puissance et au silence des montagnes traversées.

©JeanBaptisteWarluzel

 

Cette opération a bénéficié du soutien : du Ministère de la Culture, Direction Régionale des Affaires Culturelles Provence-Alpes-Côte d’Azur, du Service des arts plastiques, de la Ville de Digne-les-Bains.

L’œuvre Le col du deuxième jour a été offerte par Richard Nonas et la galerie Fergus McCaffrey au musée Gassendi.


Son installation a été subventionnée par le ministère de la Culture, dans le cadre de l’opération « Le musée sort de ses murs – 2018 ».

Le Musée Gassendi et le Cairn centre d’art tiennent à remercier :
Valentine De Badereau De Saint-Martin pour la galerie Fergus McCaffrey (New York);
 Denis Boudin, Pierre Lagier, Anthony Mayenc, Sebastien Bailly, Guillaume Payan – Provence Alpes Agglomération; 
le Service des fêtes et cérémonies de la Ville de Digne-les-Bains; 
Yvan Théaudin, Pierre Paillat, Luc Richard – association art en chemin – et Jean-Claude Magaud,  qui ont participé à la construction de l’œuvre ; la commune d’Entrages, l’Office National des Forêts et Stéphane Beridon (GAEC béridon) pour les autorisations ;
 Jean-Baptiste Warluzel pour la réalisation de la vidéographie de l’œuvre.

Ont participé à la production de l’œuvre : Eric klein – coordinateur ; hélisaF entreprise.

 

       

 

         

Étiquettes : , , ,